Liens vers les parties détaillées du résumé historique de la POLOGNE
Prusse
Allenstein et Marienwerder
Haute Silésie
Silésie autrichienne
Galicie
territoire de la ville libre de Danzig

Quand la guerre éclate en 1914, la Pologne n’existe plus en tant qu’état indépendant. Le grand duché de Varsovie, créé par Napoléon Ier en 1807, a été dissous en 1815.

Au Moyen-Âge, la Pologne était un royaume important en Europe centrale. Son influence grandit encore après l’Union de Lublin, traité conclu avec le Grand-duché de Lituanie le 1er juillet 1569 pour former la République des Deux Nations (en polonais Rzeczpospolita Obojga Narodów). À son apogée, au milieu du XVIIe siècle, la Rzeczpospolita s’étendait du littoral de la Baltique à la mer Noire.

Le déclin de la Rzeczpospolita verra son aboutissement à la fin du XVIIIème siècle quand son territoire sera amputé à trois reprises en 1772, 1793 et 1795 au profit de la Prusse, de l’Autriche et de la Russie. Le troisième partage de la Pologne du 24 octobre 1795 la fera disparaître de la carte de l’Europe.

En 1807 Napoléon Ier reconstitue un État polonais sur les territoires pris à la Prusse. Cet État est désigné en français grand-duché de Varsovie.

Le grand duché de Varsovie entre 1807 et 1815. En 1815 la Poznanie a été rattachée à la Prusse, la Pologne du Congrès est devenue une province russe.

Après la chute de Napoléon, la carte de l’Europe est redessinée au Congrès de Vienne (acte final signé le 9 juin 1815). Concernant la Pologne, la Pozsnanie est intégrée à la Prusse, Cracovie est dans un premier temps érigée en république indépendante puis rattachée à la province autrichienne de Galicie. La majeure partie du grand duché de Varsovie passe sous l’autorité du tsar de Russie sous l’appellation de Royaume de Pologne avec à sa tête le grand-duc Constantin, frère du tsar Alexandre Ier.
Le royaume de Pologne également désigné « Pologne du Congrès » était doté d’une constitution, d’un gouvernement et d’une administration propres.
Après les révoltes de 1830, 1848 et 1862-1863, la Russie a supprimé la relative autonomie qui prévalait en Pologne et a engagé une politique de russification.

Au cours de la Première Guerre mondiale, la Pologne a été le théâtre de combats entre les forces allemandes et austo-hongroises ennemies de la Russie qui ont tourné au désavantage des Russes. Lorsque le traité de Brest-Litovsk est signé le 3 mars 1918, la totalité du territoire polonais est occupée par l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.

Formation de la Pologne entre 1918 et 1922.

Le 11 novembre 1918, la république polonaise est proclamée à Varsovie.
Le traité de Versailles signé le 28 juin 1919 confirma le droit des polonais à vivre dans un pays indépendant par l’attribution de territoires prélevés à la Russie (la Pologne du Congrès), à l’Allemagne (la Posnanie et une grande partie de la Prusse occidentale) à l’Autriche (la Galicie). La Haute Silésie fut soumise à plébiscite (Cf. partie Haute Silésie).

Si les frontières occidentales de la Pologne furent établies par le traité de Versailles, la frontière avec la Russie n’est pas définie, les alliés confient à lord Curzon le soin d’établir un tracé délimitant les territoires indiscutablement polonais. Ses travaux sont achevés en décembre 1919. A l’est d’une ligne qui porte son nom se trouvent des territoires peuplés en majorité de biélorusses et d’ukrainiens. Les polonais ne sont pas satisfaits de cette frontière. Leur objectif est de se rapprocher autant que possible de leur frontière de 1772.
La guerre avec la Russie soviétique en 1920 aboutit à la signature du traité de paix de Riga (18 mars 1921) qui fixa la frontière entre les deux pays.
Après la guerre Russo-polonaise la Pologne étendit son territoire à l’est en incorporant la Lituanie centrale (région autour de Vilnius), la Polésie, la Volhynie, la Podolie et la Galicie orientale.
Cette frontière resta en vigueur jusqu’en septembre 1939.

Le 1er septembre 1939 l’Allemagne attaque la Pologne sur ses frontières occidentales. L’Union soviétique fait de même à l’est le 17 septembre.
Les deux envahisseurs se partagent la Pologne en application du pacte germano-soviétique du 23 août 1939.

Le 22 juin 1941 l’Allemagne nazie entre en guerre contre l’URSS et s’approprie tous les territoires polonais occupés par les soviétiques en 1939.
La Pologne telle qu’elle existait en 1939 est en partie annexée à l’Allemagne (Gau Ostpreußen , Danzig-Westpreußsen , Warthegau , Oberschlesien); le reste du pays constitue le Gouvernement général de Pologne (Generalgouvernement) qui est une entité sous administration directe du Reich.
L’Armée rouge entre en Pologne au printemps 1944, sa progression se terminera à Berlin en avril 1945.

À la fin de la guerre, les Alliés placent les anciennes provinces orientales allemandes sous administration polonaise en attendant un traité de paix définitif.

Les frontières de la Pologne actuelle furent définies à la conférence de Yalta (4-11 février 1945) et confirmées à la conférence de Postdam (17 juillet – 2 août 1945).

Refusant d’admettre la reconstitution de la Pologne dans ses frontières d’avant 1939, Staline obtint des anglo-américains un accord sur la translation vers l’ouest du territoire polonais au profit de l’URSS.
La frontière orientale fut fixée par le traité conclu entre les gouvernements polonais et soviétiques le 16 août 1945 à environ 225km à l’ouest de la frontière d’avant guerre.

Le 14 novembre 1990 un traité signé à Varsovie entre l’Allemagne et la Pologne garantit l’intangibilité de la frontière entre les deux états (ligne Oder-Neisse).

Prusse

Prusse

Les anciennes provinces prussiennes situées sur le territoire de la Pologne actuelle étaient le Brandebourg (Brandenburg), la Silésie (Schlesien), la Poznanie (Posen), la Poméranie (Pommern), la Prusse occidentale (Westpreußen), la Prusse orientale (Ostpreußen).
Les frontières avec la Russie ont été définies au congrès de Vienne en 1815 et demeurèrent inchangées jusqu’en 1918.

A la fin de la Première Guerre mondiale, l’Allemagne a dû céder à la Pologne nouvellement constituée la Poznanie et une grande partie de la Prusse occidentale. Ces anciennes provinces polonaises avaient été acquises par la Prusse en 1772 et 1793. L’Allemagne nazie a re-annexé ces territoires en 1939.
Entre 1939 et 1941, les districts de Soldau, Ciechanow et Suwalki pris à la Pologne sont incorporés à la Prusse Orientale. Ils sont désignés en allemand sous l’appelation Südostpreußen.

En 1945, tous les territoires allemands situés à l’est de l’Oder (Odra en polonais) et de la Neisse (Nysa en polonais) sont transférés à la Pologne (sauf la moitié nord de la Prusse orientale qui est annexée par l’Union soviétique).

Allenstein et Marienwerder

Allenstein et Marienwerder

Des dispositions du traité de Versailles (28 juin 1919) imposèrent à l’Allemagne l’organisation d’une consultation de la population par plébiscite dans les arrondissements (Regierungsbezirk) d’Allenstein (en gris sur la carte).et de Marienwerder (en rose sur la carte) pour déterminer de son maintien au sein de l’Allemagne ou de son rattachement à la Pologne.
Les zones soumises au plébiscite (Abstimmung en allemand) furent placées à partir du 12 février 1920 sous l’autorité de deux commissions interalliées.

Le maintien au sein de l’Allemagne est voté à une large majorité (98% à Allenstein, 92% à Marienwerder) lors du vote qui s’est déroulé le 11 juillet 1920.
La fin de la mission interalliée et la reprise de l’administration par l’Allemagne furent effectives le 16 août 1920.
Le 1er juillet 1922, le territoire de Marienwerder fut rattaché administrativement à la Prusse orientale.
Depuis 1945, cette partie de la Prusse orientale appartient à la Pologne, la ville d’Allenstein a pris le nom de Olsztyn et Marienwerder a été rebaptisée Kwidzyn.

Haute Silésie

Haute Silésie

La Haute Silésie (Ober Schlesien) représentait jusqu’en 1918 l’arrondissement (Regierunbezirk) d’Oppeln de la province prussienne de Silésie peuplée d’allemands et de polonais.

Dès la fin de 1918, des affrontements eurent lieu entre allemands et polonais. À la suite d’une grève générale durement réprimée par les autorités allemandes, une insurrection éclate dans la nuit du 16 au 17 août 1919. Elle échoue, l’état de siège est proclamé le 18.

La situation risquant de dégénérer en un conflit armé entre la Pologne et l’Allemagne, une convention polono-allemande est signée le 1er octobre 1919.

En janvier 1920, les troupes alliées (franco-anglo-italiennes) et la Commission interalliée s’installent et prennent en main l’administration le 11 février en vue d’organiser un plébiscite dans la zone contestée. Il aura lieu le 20 mars 1921.

Le résultat est favorable à l’Allemagne, mais il est contesté par les polonais qui reprochent le vote de 180 000 allemands nés en Silésie mais n’y étant plus domiciliés. Les allemands ont la majorité dans 54% des communes (797 sur 1475). Envisager un partage d’après le vote des communes n’est pas possible en raison de la non homogénéité territoriale et l’existence de nombreuses zones enclavées. De plus, les allemands estiment que le vote doit être considéré comme un bloc.
L’organisation militaire polonaise prépare sa troisième insurrection. Le 2 mai 1921, une grève générale éclate. Les insurgés polonais prennent en quelques jours le contrôle de tout le secteur industriel en évitant les villes où séjournent des garnisons alliées.
Les britanniques obligent le gouvernement polonais à désavouer les insurgés de Korfanty. Le maréchal Foch met en garde les allemands contre toute intervention. La Commission interalliée rétablit son autorité. Elle impose le 12 juin une ligne de démarcation et la démobilisation des groupes armés des deux camps. Le partage est confié en août à une commission de la Société des nations qui procède au partage de la Haute Silésie le 12 octobre 1921.
L’Allemagne doit céder à la Pologne un tiers de la Haute Silésie (région de Katowice). Elle conserve la partie ouest (région d’Oppeln/Opole).

En septembre 1939, après l’entrée des troupes allemandes en Pologne, la zone attribuée à la Pologne en 1921 est réintégrée à la province allemande de Silésie. Les territoires polonais de l’ancienne Silésie autrichienne et la partie de Tchécoslovaquie annexée par la Pologne en octobre 1938 (Olsagebiet) sont également inclus dans le Reichgau Oberschlesien (Haute Silésie).
Depuis 1945, toute cette région fait partie intégrante de la Pologne à l’exception de la rive ouest de la rivière Olsa qui a été restituée à la Tchécoslovaquie.

Silésie autrichienne

Silésie autrichienne

La Silésie, possession des Habsbourg depuis 1526 est définitivement conquise par la Prusse en 1763, à l’exception des comtés de Troppau et de Teschen.

À la fin de la Première Guerre mondiale, l’ancien comté de Teschen (ou Silésie orientale) a été divisé entre la Pologne et la Tchécoslovaquie (Traité de Saint-Germain, 10 septembre 1919). La moitié ouest a été attribuée à la Tchécoslovaquie, la moitié est fut incorporée à la Pologne.

Un différent frontalier opposa la Pologne à la Tchécoslovaquie en Zaolzie entre 1918 et 1920. (Cf. République tchèque – Zaolzie).

En octobre 1938, la Pologne s’approprie le territoire tchèque de Zaolzie, zone située à l’ouest de la rivière Olsa. Ce territoire désigné Olsagebiet par les Allemands sera inclus en 1939 dans le Reichgau Oberschlesien.

Après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne nazie en octobre 1939 la Silésie orientale est annexée par le IIIème Reich puis rattachée au Reichgau Oberschlesien (Haute Silésie).

Depuis 1945 la frontière établie en 1920 est reconnue par la Pologne et la Tchécoslovaquie (devenue République tchèque en 1993).

Galicie

Galicie

Lors du premier partage de la Pologne en 1772, la Galicie est annexée par l’Autriche. Cette province restera possession des Habsbourg jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale.

La ligne de couleur magenta représente la frontière actuelle entre la Pologne (à l’ouest) et l’Ukraine (à l’est).

Entre octobre 1918 et juillet 1919, la Galicie orientale fit partie de l’éphémère République Nationale de l’Ukraine de l’Ouest en conflit avec la Pologne qui revendiquait la possession de sa province historique. Fin juillet 1919 les polonais contrôlaient toute la Galicie.
Le Traité de paix de Saint Germain du 10 septembre 1919 reconnaît l’appartenance de la totalité de la Galicie à la Pologne.

Durant la guerre russo-polonaise de 1920-1921 la Galicie fut occupée tour à tour par les bolcheviques et l’armée polonaise. Le traité de Riga signé le 18 mars 1921 entre la Pologne et la Russie soviétique mit fin au conflit et officialisa l’appartenance de la Galicie à la Pologne.

Après la conquête de la Pologne par l’Allemagne en septembre 1939, la Galicie Occidentale est intégrée au Gouvernement Général de Pologne (Generalgouvernement) dont Cracovie est le siège à compter du 26 octobre.
Le 17 septembre 1939 l’Union soviétique envahit à son tour la Pologne et annexe la Galicie orientale qu’elle rattache à la République soviétique d’Ukraine.

Le 22 juin 1941 l’Allemagne enclenche l’opération Barbarossa à l’encontre de l’URSS; en juillet la Galicie orientale est sous contrôle allemand. Le 1er août 1941 elle est rattachée Gouvernement Général de Pologne et constitue le district de Galicie.

En janvier 1944 l’Armée rouge atteint l’ancienne frontière polono-soviétique et entreprend la reconquête de la Galicie. La ville de Lwów est reprise le 28 juillet, Cracovie le 19 janvier 1945.

Le traité de Potsdam d’août 1945 entérine la partition de la Galicie. La Galicie occidentale est restituée à la Pologne, la Galicie orientale avec Lvov est annexée par l’URSS qui la rattache à la république RSS d’Ukraine.

territoire de la ville libre de Danzig

territoire de la ville libre de Danzig

À l’époque de son appartenance à la Ligue hanséatique ce port de la Baltique était prospère et le resta jusqu’au XVIIIème siècle, époque à laquelle Danzig fut séparée de la Pologne pour dépendre de la Prusse (deuxième partage, 23 janvier 1793).
Au traité de Tilsit (1807), Napoléon lui rend son autonomie qui sera de courte durée car le Congrès de Vienne (1815) en fait la capitale de la Prusse-Occidentale.

C’est le traité de Versailles (28 juin 1919) qui lui confère à nouveau le statut de ville libre sous le contrôle de la Société des Nations.
Le territoire libre de Danzig (en allemand Freie Stadt Danzig, en polonais Wolne Miasto Gdańsk) fut établi le 10 janvier 1920.

Ce territoire d’une surface d’environ 2000km2 avait en 1930 une population d’un peu plus de 400 000 habitants dont 90% d’Allemands. Il fut dès sa création une source de tensions entre la Pologne et l’Allemagne en raison notamment de sa position géographique qui rompait la continuité territoriale de l’Allemagne.
Le 1er septembre 1939 le cuirassé allemand Schleswig-Holstein ouvre le feu sur la ville et le Führer proclame la réunion de Danzig au IIIème Reich.
Depuis 1945, Danzig est rattachée à la Pologne et a repris son nom polonais de Gdańsk.