Liens vers les parties détaillées du résumé historique de l’UKRAINE
 Ukraine occidentale
◊ Galicie
Ukraine subcarpatique
Bucovine
Conflit du Donbass

C’est à Kiev, au IXème siècle vers 884 que le prince Varègue (Viking) Oleg a fondé la Rus’ kiévienne (ou Ruthénie de Kiev). Au milieu du XIème siècle, l’État kiévien couvrait un vaste territoire qui s’étendait du lac Ladoga à la mer Noire.
Au XIIème siècle, l’État kiévien perd son unité, il est divisé en plusieurs principautés qui les unes après les autres sont soumises à la domination des Mongols.

Au XIVème siècle, la majeure partie de l’actuelle Ukraine passe aux mains des Lituaniens et des Polonais qui ont vaincu les Mongols. Les Tatars, héritiers de la dynastie mongole et vassaux de l’empire ottoman contrôlent les bords de la mer Noire avec la Crimée (khanat de Crimée).
Dans le bassin du Dniepr, les Cosaques zaporogues constituent une force tampon entre la Pologne et les Tatars.

À partir du milieu du XVIIème siècle et pour les trois siècles qui suivirent l’Ukraine verra l’influence russe prendre le relais des Lituaniens, Polonais et Ottomans.
Le soulèvement des cosaques contre les Polonais en 1648 aboutit en 1667 au traité d’Andrusovo qui met fin à la guerre entre la Pologne et la Russie. Par ce traité, Kiev et les contrées situées à l’est du Dniepr reviennent à la Moscovie.

Au XVIIIème siècle, les guerres entre la Russie et l’empire ottoman se soldent par la victoire des russes qui annexent le khanat de Crimée (1) en 1783 et l’intègrent définitivement à l’empire en 1792 (traité de Iasi).
Après la première partition de la Pologne en 1772 la Galicie devient autrichienne. La deuxième partition (1793) marque la fin de la présence polonaise en Ukraine, tout le territoire situé à l’ouest du Dniepr (Podolie, Volhynie) est intégré à l’empire russe.
Cette situation demeurera inchangée jusqu’à la Première Guerre mondiale.

(1) Le khanat de Crimée était un État vassal de l’empire ottoman dirigé par les Tatars de Crimée. Il comprenait la péninsule de Crimée, excepté la côte sud, et de vastes étendues de terres situées sur le pourtour nord de la mer Noire et de la mer d’Azov. Il exista du milieu de XVème siècle à 1783.

Carte de l’Ukraine en 1920.
 

En 1914, la majeure partie de l’Ukraine actuelle était russe. À l’ouest, la Galicie et la Bucovine dépendaient de l’empire d’Autriche et la Transcarpathie constituait la province septentrionale du royaume de Hongrie.

A la fin de la Première Guerre mondiale, en pleine guerre civile russe, des opposants à la Révolution d’Octobre proclament la République Populaire d’Ukraine le 20 novembre 1917 qui n’est pas séparée de la Russie. Face à l’hostilité des bolcheviques l’indépendance de l’Ukraine est proclamée le 22 janvier 1918.
Les bolcheviques qui tiennent l’est du pays fondent le 19 mars 1918 à Kharkov la République Soviétique d’Ukraine qui après leur prise de contrôle de tout le territoire deviendra en mars 1919 la République Socialiste Soviétique d’Ukraine, à l’exception de la Crimée qui bénéficie d’un statut particulier.

La paix de Riga (18 mars 1921) qui scelle la fin de la guerre russo-polonaise confirme l’appartenance de la Galicie à la Pologne et entérine le rattachement de la moitié ouest de la Volhynie. En contrepartie la Pologne reconnaît la RSS d’Ukraine.

Au cours de la Seconde guerre mondiale, l’Ukraine est occupée par l’Allemagne nazie en 1941 avant d’être reconquise par l’Armée rouge à partir de 1943.
En 1945, les territoires polonais d’avant la guerre (Galicie orientale, Podolie et de Volhynie) sont intégrés à la RSS d’Ukraine avec le sud de la Bessarabie pris à la Roumanie et la Ruthénie subcarpathique que Staline retire à la Tchécoslovaquie.

Le 19 février 1954, Nikita Khroutchev, à l’occasion du 300e anniversaire du traité de Pereïaslav(1) transféra la Crimée de la RSS de Russie à la RSS d’Ukraine. (cf. RUSSIE – Résumé historique, partie Crimée).

(1) Le traité de Pereïaslav fut conclu le 8 janvier 1654 dans la ville du même nom, située à 50km au sud-est de Kiev, entre les cosaques zaporogues et le tsar Alexis Ier. Les cosaques prêtèrent allégeance au tsar et à la Russie en contrepartie de privilèges.

Le Parlement ukrainien adopta le 16 juillet 1990 la Déclaration sur la souveraineté politique de l’Ukraine qui conduira à l’indépendance le 24 août 1991, confirmée par référendum le 1er décembre de la même année par 90% des suffrages.

Les frontières de l’Ukraine indépendante étaient celles qui étaient en vigueur à l’époque de l’URSS. Elles ont été maintenues jusqu’au 18 mars 2014 date à laquelle le parlement russe ratifia le rattachement de la Crimée à la fédération de Russie suite au référendum organisé le 16 mars 2014.
L’Ukraine, comme la quasi-totalité des États, ne reconnait pas l’annexion de la Crimée par la Russie qu’elle considère comme faisant toujours partie de son territoire national. (cf. RUSSIE Résumé historique – Crimée).

En avril 2014, un conflit armé opposant les séparatistes pro-russes soutenus par la Russie aux forces gouvernementales ukrainiennes a éclaté dans le Donbass, région située à l’est du pays, avec la constitution de deux républiques autoproclamées qui ont été officiellement reconuues par la Russie le 21 février 2022. (cf. partie conflit du Donbass).

Le 24 février 2022 le président russe Vladimir Poutine a ordonné une « opération militaire spéciale » qui marque le début de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe.

Ukraine occidentale

Ukraine occidentale

Profitant de l’effondrement de la puissance Austro-hongroise, des dirigeants politiques ukrainiens de Galicie orientale, de Bucovine et de la Ruthénie subcarpathique constituent un État indépendant qu’ils nomment République Populaire d’Ukraine Occidentale (également désignée République Nationale d’Ukraine Occidentale). La proclamation d’indépendance a lieu à Lvov le 1er novembre 1918.
Cette République aura une durée de vie éphémère en raisons de l’hostilité des polonais de Galicie orientale, d’affrontements communautaires en Ruthénie subcarpathique et de la volonté des roumanophones, majoritaires en Bucovine, de rejoindre la Roumanie.

♦ Le 31 décembre 1918 la Bucovine est intégrée à la Roumanie.
♦ Le 22 mai 1919 le Conseil National ruthène accepte le statut d’autonomie offert par la Tchécoslovaquie. L’adhésion sera effective en mars 1920.
♦ En juillet 1919, la Pologne contrôle toute la Galicie.

Le traité de paix de Saint Germain du 10 septembre 1919 signé avec l’Autriche reconnaît l’appartenance de la Galicie à la Pologne et de la Bucovine à la Roumanie.
Le traité de Trianon signé avec la Hongrie le 4 juin 1920 attribue la Transcarpathie à la Tchécoslovaquie.

Galicie

Galicie

La ligne de couleur magenta représente la frontière actuelle entre la Pologne (à l’ouest) et l’Ukraine (à l’est).

Lors du premier partage de la Pologne en 1772, la Galicie est annexée par l’Autriche. Cette province restera possession des Habsbourg jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale.

Entre octobre 1918 et juillet 1919, la Galicie orientale fit partie de l’éphémère République Nationale de l’Ukraine de l’Ouest en conflit avec la Pologne qui revendiquait la possession de sa province historique. Fin juillet 1919 les polonais contrôlaient toute la Galicie.
Le Traité de paix de Saint Germain du 10 septembre 1919 reconnaît l’appartenance de la totalité de la Galicie à la Pologne.

Durant la guerre russo-polonaise de 1920-1921 la Galicie fut occupée tour à tour par les bolcheviques et l’armée polonaise. Le traité de Riga signé le 18 mars 1921 entre la Pologne et la Russie soviétique mit fin au conflit et officialisa l’appartenance de la Galicie à la Pologne.

Après la conquête de la Pologne par l’Allemagne en septembre 1939, la Galicie Occidentale est intégrée au Gouvernement Général de Pologne (Generalgouvernement) dont Cracovie est le siège à compter du 26 octobre.
Le 17 septembre 1939 l’Union soviétique envahit à son tour la Pologne et annexe la Galicie orientale qu’elle rattache à la République soviétique d’Ukraine.
Le 22 juin 1941 l’Allemagne enclenche l’opération Barbarossa à l’encontre de l’URSS, en juillet la Galicie orientale est sous contrôle allemand, elle est alors rattachée au Gouvernement Général de Pologne.

En janvier 1944 l’Armée rouge atteint l’ancienne frontière polono-soviétique et entreprend la reconquête de la Galicie. La ville de Lwów est reprise le 28 juillet, Cracovie le 19 janvier 1945.

Le traité de Potsdam d’août 1945 entérine la partition de la Galicie. La Galicie occidentale est restituée à la Pologne, la Galicie orientale avec Lvov est annexée par l’URSS qui la rattache à la république RSS d’Ukraine.

Ukraine subcarpatique

Ukraine subcarpatique

L’Ukraine subcarpatique appelée autrefois Ruthénie subcarpathique (Kárpátalja en hongrois) a fait partie de la Hongrie jusqu’à l’effondrement de l’Empire austro-hongrois. En 1918, cette région a été rattachée à la Tchécoslovaquie nouvellement constituée.

La Hongrie annexa la partie sud-ouest de la province le 2 novembre 1938 et la totalité du territoire le 19 mars 1939.

En octobre 1944, les soviétiques annexent la région qui devient l’Etat de « Zakarpats’ka Ukraina ».
Le traité soviéto-tchécoslovaque du 29 juin 1945 entérina le fait que cette région ne sera pas restituée à la Tchécoslovaquie.
Le 1er janvier 1946, le statut de l’Ukraine subcarpathique fut modifié. Elle est rebaptisée Transcarpathie et devint une région administrative (oblast) de la RSS d’Ukraine, statut qu’elle a conservé après l’indépendance de l’Ukraine en 1991.

Bucovine

Bucovine

De tous les confins de l’empire Austro-hongrois, la Bucovine a été entre 1775 et la fin de la Première Guerre mondiale celui qui était situé le plus à l’est.

Après le Premier partage de la Pologne en 1772 qui permit à l’Autriche de contrôler la Galicie, la partie nord du voïvodat de Moldavie, vassal de l’empire ottoman, est convoitée par l’Autriche. Par le traité austro-turc du 4 mai 1775 ce territoire, passe sous la domination des Habsbourg. Après avoir été sous administration militaire autrichienne jusqu’en 1786, la Bucovine est rattachée à la province de Galicie-Lodomérie avec le statut de district.

En 1849 le Bucovine devient une « Terre de la couronne autrichienne » (Kronland) puis est érigée en duché (Herzogtum) avec Czernowitz pour capitale.

Au cours de la Première Guerre mondiale, de nombreuses batailles se déroulèrent en Bucovine entre les armées Austro-hongroises et allemandes opposées aux Russes.

Après la défaite de l’empire Austro-hongrois, le Conseil national de Bucovine majoritairement roumanophone, vote le 28 novembre 1918 le rattachement à la Roumanie à la satisfaction de ce pays qui depuis son indépendance en 1878 revendique la réunification de la Moldavie.

Le traité de Saint-Germain (10 septembre 1919) ratifie de manière formelle l’appartenance de la Bucovine à la Roumanie.

En référence au pacte germano-soviétique du 23 août 1939, l’URSS adresse à la Roumanie le 26 juin 1940 un ultimatum lui enjoignant de lui céder la partie nord de la Bucovine. Cette exigence ne faisait pas partie du pacte Molotof-Ribbentrop mais n’entraîna pas de réaction de la part de l’Allemagne.

Le 28 juin 1940 les roumains évacuent la Bucovine du nord laissant la place aux soviétiques qui fixent la frontière à quelques kilomètres au nord de la rivière Suceava.

En juin 1941, la Roumanie entre en guerre aux côtés de l’Allemagne contre l’URSS et reprend la Bucovine du nord. Au printemps 1944, l’Armée rouge pénètre en Bucovine. Un armistice est signé avec l’Union soviétique le 12 septembre 1944 par lequel la Roumanie reconnaît l’annexion de la Bucovine du nord par l’URSS.
Le traité de Paris du 10 février 1947 entérine la partition de la Bucovine entre la RSS d’Ukraine et la Roumanie.
La frontière qui sépare à présent la Roumanie de l’Ukraine indépendante est celle qui a été tracée par les soviétiques en 1940.



La ligne rouge représente la frontière actuelle entre l’Ukraine (au nord) et la Roumanie (au sud).

Conflit du Donbass

Conflit du Donbass



En avril 2014, un conflit armé opposant les séparatistes pro-russes aux forces gouvernementales ukrainiennes a éclaté dans le Donbass, région située à l’est du pays.

L’indépendance de la république populaire de Donetsk est proclamée le 7 avril 2014 et le 27 avril de la même année c’est la république populaire de Louhansk qui se déclare à son tour indépendante.
Ces deux États sécessionistes ne sont pas reconnus par la communauté internationale.

En avril 2017, le territoire incluant les villes de Donetsk et Luhansk est toujours contrôlé par les séparatistes et malgré l’accord de Minsk de février 2015, instaurant notamment un cessez-le-feu, des combats sporadiques sont régulièrement constatés par les observateurs internationaux.

Le 21 février 2022 Vladimir Poutine, président de la fédération de Russie a reconnu unilatéralement l’indépendance des deux républiques séparatistes.

Le 24 février 2022 Vladimir Poutine a ordonné l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe qualifiée par les autorités russes d’ « opération militaire spéciale » pour notamment soutenir les séparatistes du Donbass.